dimanche 16 juillet 2017

Brèves de festival


Parce qu'en ce moment je ne lis pas beaucoup, mais je fais autre chose.

L'an dernier, j'ai déménagé et avec les frais, j'ai du faire ceinture pour le festival d'Avignon. donc cette année, je vais en profiter par contre.
J'ai repéré quelques petites choses, principalement es spectacles musicaux, o ne se refait pas, musique japonaise, musique zouloue, musique congolaise.. et quelques pièces aussi.

Comme j'habite sur place, c'est quand même le gros avantage de pouvoir aller voir des spectacles régulièrement pendant 3 semaines, plutôt que 4 par jour pendant 5 jours.

14 juillet:
On commence par de la danse Japonaise?
La neige et la lune - au Garage international - 13h00 jusqu'au 26 juillet




J'en avais déjà parlé car je vais régulièrement voir les nouvelles chorégraphies d'Egiku Hanayagi, qui vient tous les ans ou tous les 2 ans au maximum. Toujours au " Garage international" qui est en fait l'hôtel Mercure. Les premières années , il n'y avait que 3 ou 4 spectateurs, mais cette fois, c'était plein. Il faut dire que la spécificité de ce théâtre temporaire est de présenter des spectacle soit en langues étrangères, soit sans paroles, comme la danse,permettant donc au public étranger de profiter aussi du festival. Et sans se déplacer, puisque la salle est à l'intérieur de l'hôtel.

Mais il y a toujours un mais. comme à chaque fois que je vais au théâtre, j'ai eu droit à ma voisine bruyante et qui commente, parce que ça ne lui plaît pas, parce que ce n'était pas ce qu'elle attendait.
Evidemment, si par " danse" elle part avec l'idée préconçue d'un ballet classique ou contemporain à l'européenne, c'est très très loin de ça, puisque qu'il s'agit, comme le laisse supposer la photo, de danses de type traditionnel, en kimono ( et certains sont absolument magnifiques!), danses savantes ou plus populaires, car la chorégraphe propose toujours au moins 3 danses de caractères différents, et cette année, elle a insérée entre deux danses "sérieuse",deux  chorégraphies évoquant les matsuri, fêtes populaires de rues.

En plus la première chorégraphie aurait sa place dans le challenge O-bon puisqu'elle évoque la légendaire et fantômatique Yuki Onna ;)

On continue sur le Japon ( c'est surtout que je commence par les spectacles qui sont programmés le moins longtemps, le hasard a fait que les 3 premiers ont la thématique Japon en commun)

15 juillet
Kuhaku ( "page blanche") théâtre le Castelet- 22h00 jusqu'au 18 juillet



Un spectacle qui n'avait pas attiré mon oeil au milieu de la masse ( presque 1500 spectacles cette année), et c'est seulement parce que l'actrice-chanteuse-calligraphe m'a proposé le prospectus à la sortie des danses japonaise que j'en ai eu connaissance.

Là on est sur quelque chose de totalement différent: un duo inattendu ( la chanteuse est japonaise, le percussionniste est suisse), qui manie plusieurs instruments : clarinette, pipeau, flutes, piano, percussion, en alternance avec une démonstration de calligraphie. C'est assez expérimental,mais c'est quelque chose qui m'a bien plu.

Dommage nous n'étions que 2 dans la salle, mais ça m'a permis de discuter un peu avec le percussionniste à l'issue de la représentation, un monsieur très sympathique qui m'expliquait que le spectacle a du être remanié pour cadrer avec l'étroitesse de la salle, car ils ont l'habitude d'avoir un peu plus d'espace. Et que ça ne le dérangeait pas de jouer devant 2 personnes, du moment que les deux personnes en question appréciait, que de toutes façon, c'est toujours une occasion de jouer et de se faire plaisir. J'aime cet état d'esprit!

16 juillet:
Aujourd'hui, ç'aurait du être danse et musique congolaises ( date unique) MAIS, plus de place pour les deux horaires. Et je précise car j'avais d'abord fait une recherche via le site officiel Avignon Off, qui permet de réserver. en ligne. Il m'indiquait 40 places encore disponibles.. j'ai trouvé ça suspect et ai préférer vérifier auprès du théâtre. donc, je ne saurais que trop vous conseiller de faire pareil, le site n'est pas mis à jour en temps réel. Donc pas de spectacle pour moi aujourd'hui!

19 juillet. Jamais 2 sans 3. C'est le dernier jour pour aller écouter un concert de koto.
Utsuroi, musique de koto - Le garage international -19h00 du 14 au 19 juillet (oui c'était court!)



J'en avais entendu lors de mon premier voyage au Japon, donc je n'allais pas rater l'occasion d'un petit revival . Il faudra d'ailleurs que je fasse un sujet sur les instruments de musique japonais sur mon autre blog, à l'occasion.
Mais voilà, comme souvent au Garage international, les spectacles ne restent au programme que quelques jours, et avant de changer de travail, je jouais de malchance et ne pouvais pas y aller. Donc oui, désolée, mais c'est terminé.

.21 juillet... hoooo un spectacle autre que japonais Celui là, j'en avais vu l'affiche il y a un an et demi à peu près, sur la page facebook du Challenge Nordique, j'avais bien cherché en me disant qu'il y avait toutes les chances qu'il soit prochainement au festival, mais il devait être trop "frais" pour l'édition 2016. Ca n'a pas loupé, il a été programmé cette année.

j'ai vu pas mal d'affiches " crânes et squelettes" cette année, en tout cas celle là était distribuée à l'entrée du spectacle sous forme de fanion, on peut enlever les yeux du squelette pour s'en faire un masque - lorgnons :D

Un spectacle entièrement dédié à mon dieu favori de la mythologie nordique, comment ne pas craquer.
Un conteur franco-norvégien, une actrice, musicienne et bruiteuse norvégienne itou, et c'est parti pour un condensé de mythologie nordique, depuis l'apparition des géants des glaces et des dieux, jusqu'au Ragnarök, avec comme fil rouge le personnage de Loki, passionnant car loin d'être mono-directionnel. Et même tout le contraire. Je reparlerais de tout ça quand je chroniquerai l'excellent et érudit essai de Georges Dumézil qui lui est consacré.
Odin, Thor , Idunn et ses pommes apparaissent en personnages secondaires.. et au final on n'arrivera pas à savoir Qui est Loki, car Loki est trop insaisissable pour être défini. Géant et dieu, homme et femme, humain et animal, malin et imprudent, mauvais et sympathique tout à la fois. Et c'est pour ça que j'aime ce personnage.
Le spectacle est très original, avec une "table acoustique", sorte de bureau que l'on peut gratter, taper, frotter à mains nue ou avec des ustensiles divers pur produire des effets sonores. J'aime énormément.

22 juillet: on reste sur de la musique, je sais, je sais
Les Bons Becs - Théâtre du chien qui fume - 12h25 jusqu'au 29 juillet.



Attention réservation impérative. Ceux là, je les suis régulièrement depuis des années, et c'est toujours un plaisir que de les voir revenir chez nous. Les grands musiciens ne sont pas toujours sur les scènes internationales, ils peuvent aussi plus modestement jouer à deux rues de chez vous, hé oui.
La première fois que je les ai vus, ils jouaient confidentiellement dans la cours de la CAF d'Avignon, pour quelque chose comme 10 francs - si ma mémoire est bonne - l'entrée. En tout cas, une somme quasiment symbolique.
Depuis ils ont pris du galon et jouent dans les théâtres permanents (et climatisés! c'est important lorsqu'on joue d'un instrument à vent), mais toujours avec la même passion, la même classe et le même sens de l'humour. capables d'enchaîner Haendel avec Michael Jackson, Leonard Bernstein avec Vivaldi, et de jouer sans faire de couac tout en dansant les claquettes.
Et je suis prête à jurer sous servant devant un tribunal entier que jouer de la musique de manière délirante est beaucoup, beaucoup plus difficile que de jouer normalement.
En voilà 5 qui prennent au sérieux ce qu'il font, mais sans se prendre eux-même au sérieux, à l'image du nom du groupe, toute la différence est là. Mention spéciale au percussionniste capable de faire les trucs les plus farfelus en gardant en permanence la tête vaguement ennuyée du type qui attend l'ascenseur.
Et ça sera à nouveau un plaisir de retourner les voir l'an prochain, ou l'année d'après...

23 juillet: j'avais prévu un spectacle de musiques et danses zouloues, et Gospel.. mais le groupe qui figurait au programme papier n'apparaissait plus sur le programme internet.Renseignement pris, c'est exactement ce que je craignais, il a été annulé juste avant le début du festival, trop tard pour être retiré du programme papier.
C'est officiel, j'ai la guigne avec les spectacles africains cette année.

25 juillet.
Me and Otis - la Fabrik théâtre, jusqu'au 26 juillet .22h 05

Melvin Brown fait partie des gens que je suis régulièrement lorsqu'il passe au off. Après un hommage à Ray Charles et à Sammy Davis Junior, c'est Otis Redding qui est mis à l'honneur.
Comment  dire, ma première fois que je l'ai vu, il faisait une démonstration de claquettes sur la place de l'Horloge pour annoncer son spectacle.
mais plus que des mots, une petite vidéo pour vous le présenter...
Bonjour je suis Melvin et j'ai 70 ans...


Donc le gars chante ( bien) et fait des claquettes. Et c'est toujours un plaisir de le retrouver plein d'énergie et de bonne humeur.
Mais petite frustration, double frustration en fait. S'il chante, on sent bien que son truc c'est surtout la danse, et .. ça manquait un peu de claquettes cette années ( et on sentait aussi que ça lui manquait). Eviemment une thématique sur Otis Redding s'y prête moins que celle sur Sammy Davis Jr., c'est sur. Mais c'est un peu dommage.
Et la 2° frustration: je l'ai vu au Collège de la Salle, au théâtre Notre Dame.. ça allait, c'est toujours un peu rustique à Avignon ( pour vous donner une idée, il se produit autant en plein air au festival d'Edingourg qu'à l'opéra de sidney..)
Mais la Fabrik, située à moins de  20 m d'une voie ferrée n'est pas du tout adapté à ce genre de spectacle:l'acoustique est assez sèche, et même avec un orchestre réduit à 3 musiciens et une choriste, ça paraissait disproportionné (enfin, à 22h00 on a évité le passage du train de 20h et des brouettes. Véridique, j'avais des amis qui y jouaient Antigone à un moment, ils avaient calculé qu'à peu près à tel moment de la pièce passait le train et faisaient un blanc quelques secondes avant à la grande surprise des spectateurs, le seul moyen pour que le texte ne soit pas couvert...)

Allez, encore un peu de musique, extrait d'un spectacle plus ancien,mais il faut que je vous prouve que le bonhomme sait chanter ;)




26juillet. après la soul d'Otis Redding, un peu de saxo pour continuer sur ma lancée.
Les DéSAXés- Théâtre du Nouveau Ring 21H10,jusqu'au 30juillet ( réservation vivement conseillée)



Un théâtre que je ne connaissais pas du tout, dans un endroit pas si éloigné de chez moi et de mon ancienne fac, mais où je n'avais jamais mis les pieds, n'ayant pas de raison particulière d'aller dans ce quartier d'habitations et d'anciens entrepôts.
Les Désaxés étaient déjà passés plusieurs fois, mais je n'avais jamais pu aller les voir, c'est chose faite.
Et je recommande:4 saxophonistes, représentant 4 possibilités de carrières pour un musicien ( Jazz, classique, musicien de rue ou musicien de studio) qui passent avec une facilité déconcertante de Mozart à Gershwin, des cris d'animaux au disco, de Tequila à Uptown funk ( ce morceau est un de mes coups de coeur pop récent, on l'a mis en place en stage de basson et c'est méga jouissif à jouer avec une rythmique absolument irrésistible). Avec en cadeau bonus une engueulade mimée à coup de thèmes ultra célèbres ( my way, la panthère rose, Girl from Ipanema, le monde est stone, our house..), ou l'ambiance entre musiceins de studio qui ont 2 notes à jouer toutes les5 minutes et passent le temps en tapant le carton ou en grignotant un sandwiche - là où l'auditeur dira " ouaaaah, elle est top la section rythmique sur ce disque!"
Hop?
La version Avignon est une version abrégée ( pour durer 1h15 sur une scène réduite), je vous avoue que j'ai énormément envie de voir la version longue.

Et tout en restant dans l'humour musical, ça ne fait pas doublon avec les Bons becs, car leurs approches sont assez différentes.
(et pour info, je craque totalement sur le son du sax baryton, le plus gros de tous ( vous connaissez forcément, si vous avez mon âge, c'est ce qu'on entend dans l'intro du Muppet Show, où Zoot produit un son de baryton en jouant sur quelque chose qui ressemble à un alto, au mieux à un ténor)

27 juillet.. hmmmm va pour du gospel.



American gospel jr - collège de la salle, 18h45 jusqu'au 30 juillet

La aussi, le groupe American gospel jr passe au festival off depuis plusieurs années, mais je n'avais pas encore eu le temps/la possibilité d'aller les écouter.
Il s'agit d'une version réduite ( tout est toujours réduit pour le off, vu la taille des scènes) du groupe" gospel pour 100 voix", avec 3 hommes 4 femmes, un pianiste et un chef de choeur/ soliste ( à la superbe voix, je n'ai pas retenu son nom, désolée, ça n'enlève rien aux prestation des autres qui ont tous eu droit à leur solo,mais, c'est surtout lui qui m'a conquise)

Alors là, les avis sont partagés: ma mère venue avec moi n'a pas 100% accroché, car les orchestrations sont assez originales et parfois très jazz, ce n'est pas ce qu'elle attendait. Ca m'a surprise aussi, mais passé l'étonnement , ça ne me pose pas de souci, au contraire, c'est sympa d'avoir des version alternatives des standards célèbres.
Et de mon côté, malgré leurs voix très agréables et leur investissement évident, le septuor manque quand même d'une vraie voix de basse pour équilibrer l'ensemble dans les aigus.

Par contre on est d'accord sur une chose: chanter avec des micros dans une petite salle, c'est dommage, le son sature vite et comme pour Melvin Brown, paraît vite disproportionné. Ils ont l'habitude de chanter en plein air à 100 personnes, donc là, les micros sont nécessaires, mais en salle, c'est limite trop, on les entendrait bien sans amplification.
Je retournerais peut être les écouter s'ils passent sur une scène plus grande

Par contre on a eu droit à la plaie du festival:la nana derrière qui commente tout, qui se plaint parce qu'on en tape pas assez des mains, parle fort dit " c'est pour moi, ça" quand une chanteuse annonce " Mary Did you know, dédiée à toutes les mères", "ho non, ne vous asseyez pas, allez, debout!!". Et conclut " ha les gens ne savent pas s'amuser, ils n'ont qu'à rester chez eux".Mais boucle -là, que tu tapes des mains ou que tu danses ok, ça s'y prête, mais fous la paix aux gens qui ont d'autres manières d'apprécier la musique.
Pour moi ça passe aussi par respecter les chanteurs et ne pas parler à haute voix en empêchant justement les autres d'apprécier à leur propre manière.

J''ai commencé le festival avec une pénible à côté, j'ai fini (pas tout à fait en fait) avec une pénible derrière.

29 juillet:dernier spectacle!
Fausse Note- théâtre du chien qui fume 14h05, jusqu'au 30 juillet



Hé oui, le festival finit demain, et si vous n'avez pas déjà votre place pour cette pièce là,ce sera impossible d'aller la voir, ils jouent à guichet fermé, je suis allée chercher la mienne pour aujourd'hui, il y a 10 jours et il n'en restait déjà que 2 disponibles. Mais je sais qu'elle va tourner ailleurs en France à la rentrée.
La raison? Deux têtes d'affiches: Tom Novembre et Christophe Malavoy. Autant dire que rien que leurs noms attirent du monde.




J'y suis allée non pour cette raison, mais parce que le sujet m'intéressait.
Alors oui,malgré le titre, ce n'est pas un spectacle musical, mais une pièce, j'en aurai donc vu une cette année.
Je ne vous parlerai pourtant pas du sujet, car rien que la description sur le prospectus a suffi à me faire saisir la trame de l'histoire et deviner la relation entre les deux protagonistes.
De toute façon, on comprend assez vite que s'il ne se connaissent pas directement, ils ont une sombre histoire en commun, et, là encore, avec les sous-entendus, c'est vite clair, et ça n'est pas le plus important. Le plus important c'est que l'un a commis une chose qu'il préfèrerait oublier et que l'autre le pousse jusqu'à la folie pour le forcer à l'affronter.Et que le salaud d'avant n'est pas détestable, mais qu'il est aussi victime de choses qui l'ont dépassé et contre lesquelles il pouvait difficilement aller.
La musique n'est que le cadre du drame, où il est question d'un crime, de lâcheté, de peur de vengeance...
Et j'ai beaucoup aimé, parce que les deux acteurs sont excellents ( je ne les connaissais que via le cinéma) et que la trame tient en haleine, , même si ont connait les tenants et aboutissants de l'intrigue, la confrontation est passionnante.
Ma voisine de rangée a trouvé que c'était " une histoire un peu triste quand même" .Quel euphémisme. Un pièce cynique et cruelle avec parfois quelques touches d'humour grinçant.

Et puis Pour ceux et celles qui me suivent depuis longtemps, c'est une secret éventé depuis longtemps: je suis très sensible aux voix, beaucoup plus qu'à la tête des gens.Et j'apprécie énormément la voix de Tom Novembre ( et je ne dois pas être la seule, puisqu'il fait du doublage et enregistre des livres audios...). C'est toujours un plaisir de l'entendre chanter ou parler, et déclamer ses textes souvent acides.

ET VOILA
Le festival s'achève ici pour moi, demain je fais relâche. Cette année j'en aurai donc un peu profité, sans pression, il y avait probablement beaucoup d'autre choses qui m'aurait tentée, mais j'ai fait un choix drastique, histoire de ne pas non plus grever mon budget.

Par contre, l'an dernier, comme je n'étais quasiment pas sortie de chez moi à cette période, ça ne m'avait pas marquée, mais j'ai trouvé que cette année, une chose à changé par rapport aux précédentes.
Et ça me pose un genre de problème: les commerçants, qui profitent du festival pour sortir les étals sur les rues piétonnes ( et parfois même jusqu'au milieu de la rue) avec de grandes pancartes de promotions. Je ne parle pas des stands éphémères, du gars qui fait des bijoux en cuillères et fourchettes tous l'été, des peintres de paysage, des caricaturistes ou des bouquinistes qui viennent tous les ans,mais des magasins bien établis voire des chaînes de magasins qui sortent la marchandise jusque sur le trottoir pour vendre des godasses ou de la vaisselle en faïence.

A passer dans la rue, on hésiterai presque, tant ça ressemble à une foire au commerce ou au lancement des soldes. Je n'ai rien contre le fait de faire des promos, mais dans certaines rues c'était limite plus ça qu'autre chose. Et dans le même temps, d'année en année, les spectacle de rue disparaissent.
Donc si on vire les tréteaux de théâtre pour mettre en place ceux des magasins, ça me gêne. C'est.. hors sujet.C'est exactement ça que je ressens. Du hors sujet. Théâtre, concerts, mime, danse, cirque ou arts de la rue, oui, mais stands de babioles, promos sur les sacs à main, les dégustations de vin, ou  les opérations "3 achetés, 1offert", pitié gardez ça pour la foire Saint André, ou les trouzmille destockaqes que vous organisez tous les ans, mais ça n'a rien à faire au festival...
C'était le mini coup de gueule de quelqu'un qui aime le festival pour l'occasion qu'il représente de voir des choses variées au bout de sa rue, alors que le reste de l'année, la culture, c'est peau de balle. Dommage d'en faire une solderie géante.

Mais vu que je serai encore là l'an prochain, sur le départ vers d'autres horizons si tout se passe comme prévu, j'espère bien en profiter un peu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenue amis curieux!

Pourquoi le Cabinet de curiosités?

Tout simplement parce qu'on y trouvait un peu de tout, par ordre de pagaille. Cette idée de collection sans thème déterminé me plaît...

Vous trouverez donc ici un peu de tout, de ce qui fait ma vie, mes loisirs: musique, lecture, voyages, etc...
Bonne lecture